Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

Contacter l'auteur !

 

 

 

 cris.blogderiz[at]gmail.com 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones


Mes Blogs Favoris

 
Shanghai...
 
 
 
 
 
 
Ailleurs en Chine...
 
 
 
 
 

Taïwan
   
 
 
 
 
Thaïlande
 
 
 

Vietnam
 
 
 
  
 
A LIRE ! A VOIR !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
BLOGS CULINAIRES
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Archives

2 décembre 2005 5 02 /12 /décembre /2005 00:00
Suite et fin de notre week-end dans le Shanxi.
 
Nous aurions bien passé plus de temps au domaine de Grace Vineyard, mais il était temps, désormais, de prendre la route pour rejoindre Pingyao, située à 2 heures de route de là.
 
Fondée sous la dynastie des Zhou (entre le 11ème siècle et 256 avant J.-C.), puis agrandie en 1370 sous celle des Ming, Pingyao a une histoire vielle de plus de 2000 ans.
Exemple exceptionnellement bien préservé de cité chinoise Han traditionnelle, la ville a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1997.
      
              
 
En effet, Pingyao est actuellement la seule ville de Chine totalement préservée, telle qu’elle l’était il y a plusieurs centaines d’années.
Pas d’édifice moderne, uniquement des petites ruelles étroites, de vieux temples et des maisons construites autour de cours qui donnent un aperçu unique de la structure des villes sous la Chine impériale. 
 
            
 
Les imposants édifices liés à l'activité bancaire rappellent que Pingyao fut le centre bancaire et financier de toute la Chine sous la dynastie des Qing au 19ème siècle et au début du 20ème siècle... avant de tomber dans la misère, faute de fonds pour se moderniser, le comble !
 
  
 
La ville est encerclée par un mur d'enceinte d’une longueur de 6,4 km, fait d'argile et revêtue de briques.
De forme carrée, cette muraille est haute de 12 mètres et épaisse de 5 mètres en moyenne. Sa partie supérieure est constituée de 3000 créneaux, et elle est protégée à l'extérieur par une douve profonde de 4 mètres.
 
La muraille comporte six portes : deux à l’est, deux à l’ouest, une au sud et la sixième au nord. Celles-ci ont valu à Pingyao le surnom de « ville tortue » : les deux portes du sud et du nord font penser à la tête et à la queue de la tortue, et les quatre portes de l'est et de l'ouest sont comme ses quatre pattes.
 
Plusieurs de ces maisons construites autour de cours ont été transformées en musées, la plupart ayant été, à l’origine, les maisons ou bureaux des riches banquiers de Pingyao.
            
                
 
N’ayant que peu de temps pour visiter la ville (environ 5 heures, au grand regret de notre guide anglophone, selon lequel il faut compter 3 jours !), nous avons parcouru Pingyao grâce à l’une de ces petites voitures « avec chauffeur », très répandue dans la ville fortifiée.
           
                   
 
Après avoir fait le tour de la muraille, nous avons silloné les étroites ruelles grises bordées de boutiques, de petits restaurants et de « guest houses », puis visité une de ces maisons de style ancien, datant de l’époque impériale, aujourd’hui encore habitée et conservée en l’état.
 
  
A l’étage, la grande pièce était réservée aux femmes, et elles n’avaient pas le droit d’en sortir...
 
Installés dans notre bolide, nous avons pu croiser, au détour d’une ruelle, plusieurs décorations comme celle-ci.
   
              
 
Notre guide érudit nous a expliqué que les familles fabriquaient ces parures en l’honneur d’une personne défunte.
 
Elles sont ornées de fleurs aux couleurs éclatantes et vives lorsqu’il s’agit du décès d’une personne âgée (plus de 60 ans), et tapissées de fleurs blanches (couleur du deuil en Chine) pour une personne décédée jeune.
Les défunts sont veillés chez eux de 5 (pour un jeune) à 9 jours (pour une personne âgée) : la famille et les amis se recueillent ensemble et chantent au son d’une musique traditionelle.
 
La visite est  terminée... le temps de flâner encore un peu dans les ruelles, à pied cette fois, de se réchauffer autour d’un thé bien chaud, et nous devons déjà reprendre la route pour l’aéroport de Taiyuan.
 
               
 
Voyage de nuit sur les routes non éclairées du Shanxi.
Une quatre voies non balisée qui passe à huit voies lorsque notre chauffeur décide de doubler un camion qui double un tricycle qui dépasse lui-même un piéton... tout ça à vive allure, toujours sans lumière et parsemé de nombreux vélos aux propriétaires inconscients.
 
Nous sommes étonnés d’arriver sains et saufs... ravis de notre séjour, et heureux de retrouver Pékin qui nous semble si moderne !

Partager cet article

Repost 0
Published by Cris - dans Voyages
commenter cet article

commentaires

patou 05/12/2005 12:27

Vraiment très sympa, superbes photos, ça donne vraiment envie d'y aller. Un jour peut-être....

Mijo 05/12/2005 09:59

Encore un excellent reportage.
Ce doit être superbe par temps clair et un peu plus de soleil.

Fab 04/12/2005 23:16

merci beaucoup pour ce voyage:-)

Caro 04/12/2005 22:49

Merci pour ce voyage...et ce dépaysement...

laitue 04/12/2005 21:53

ça à l'air super beau, si je retourne en Chine, j'essayerai de m'y rendre. J'ai été tellement déçue de la modernité des villes que j'ai visité, ça pourrait me réconcillier avec la Chine....