Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

Contacter l'auteur !

 

 

 

 cris.blogderiz[at]gmail.com 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones


Mes Blogs Favoris

 
Shanghai...
 
 
 
 
 
 
Ailleurs en Chine...
 
 
 
 
 

Taïwan
   
 
 
 
 
Thaïlande
 
 
 

Vietnam
 
 
 
  
 
A LIRE ! A VOIR !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
BLOGS CULINAIRES
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Archives

16 août 2006 3 16 /08 /août /2006 05:37
La récente visite de JP et Delphine a été pour nous l'occasion de découvrir la Grande Muraille comme nous ne l'avions encore jamais vue.
 
 Muraille - février 2006                                       Muraille - octobre 2005
 
Glaciale, aride et enneigée sous un ciel d'un bleu éclatant en février ; enrubannée d'un roux chatoyant qui contrastait avec la pâleur d'un ciel d'octobre, nous l'avons découverte cette fois-ci perdue dans la brume, au milieu d'une végétation luxuriante digne de celle que l'on trouve sous les tropiques.
 
 
 
 
Un paysage tellement différent. Inattendu. Impressionnant.
 
En aparté, à Poupou qui se demande ce que peut bien signifier « 100% d'humidité » (y a-t-il un météorologue dans la salle ?), j'ai une piste - personnelle et empirique, certes - et je dirais que ça revient fort à se retrouver dans un brumisateur Evian, le côté rafraîchissant en moins, évidemment.
Si mon explication ne vous satisfait pas, vous en trouverez d'autres un poil plus scientifiques : ici et .
 
Bref, si je vous dis tout ça, c'est parce que qui dit très humide et chaud, veut dire aussi végétation abondante dans laquel se nichent de drôles de petites (et grosses) bêtes, et je ne les aime pas du tout, moi, les petites bêtes (oui, même celles qui ne m'ont rien fait).
 
Lors de notre dernière balade en date sur la Muraille, nous avons donc croisé de drôles de spécimens non identifiés...
 
   
 
 
Mais celui qui a le plus attiré notre attention, et que nous avons eu beaucoup de mal à apercevoir dans les arbres, c'est celui-ci.
 
 
 
Un insecte de la taille d'un « guoguo », qui ne semble pas avoir la faculté de sauter (c'est en tout cas ce que j'ai espéré très fort alors que je le filmais), puisque dépourvu de pattes de sauterelles, mais qui doit forcément voler au vu de ses longues ailes transparentes (baaahh) !
 
Le son qu'il dégage en bougeant son corps (pas net du tout sur la vidéo) est très spécial, et il ne me semble pas l'avoir déjà entendu auparavant. Légèrement métallique, un peu grinçant aussi, difficilement définissable. Juste étrange.
Vous pouvez monter le son !
 
                    Eh non, "c'est pas un guoguo..." :)
 
Les gaz d'échappements et l'agitation de la ville ne lui font apparemment pas peur, j'en ai entendu chanter pas plus tard qu'hier dans ma rue.
 
Z'avez les mêmes bêbêtes les Guyanais et Singapouriens ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

acapulco 29/08/2006 12:09

impressionant cette bete et le bruit qu'elle fait aussi.... ca m'etonnes que tu es pu la filmer (de loin avec le zoum alors...:p ) :))

Cris 28/08/2006 07:05

Ah oui quand meme Mael... :-p Vive les geckos ! :)

Mael à Singapour 27/08/2006 15:29

Pour répondre à la question, oui nous avons aussi des insectes très bizarres à Singapour. Heureusement il y a aussi beaucoup de gentils geckos insectivores.

Cris 23/08/2006 14:26

> Peggy : J'imagine... !! :-o Brrr.
> Poupou : Pas si terrible... c'est chooooo quand meme non ? :)
> Cez : J'vous attend !
> Hyaena : pas mal le coup du Pavarotti ! :)

Hyaena 22/08/2006 22:59

Salut à toi.
Je rentre d'un voyage en Chine, et j'ai moi aussi entendu et vu ce Pavarotti d'insecte, sur les arbres bordant la Grande Muraille à Simataï. Je confirme qu'il vole, un peu comme un hanneton.
Il vaut mieux que les "grillons" de Chine restent en Chine, leurs homologues faguorén ne font pas le poids, ni la voix...