Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact

Contacter l'auteur !

 

 

 

 cris.blogderiz[at]gmail.com 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones


Mes Blogs Favoris

 
Shanghai...
 
 
 
 
 
 
Ailleurs en Chine...
 
 
 
 
 

Taïwan
   
 
 
 
 
Thaïlande
 
 
 

Vietnam
 
 
 
  
 
A LIRE ! A VOIR !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
BLOGS CULINAIRES
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Archives

3 novembre 2005 4 03 /11 /novembre /2005 00:00
Puisque dans le potiron c’est comme dans le cochon... tout est bon, j’ai transformé les graines de feu mes deux potimarrons en trucs salés à grignoter.
 
Après avoir lavé et frotté mes graines au gros sel (j’aime quand c’est très salé, mais pour les gens normaux du sel de table convient mieux :) ) je les ai étalées sur une plaque et enfournées une quinzaine de minutes à 180 degrés.
 
Le résultat est donc salé (très), croustillant, et à la différence des graines de tournesol, on retrouve (parfois) le parfum très discret du potiron.
 
                     
 
Chris a tout de même trouvé le moyen de venir lorgner dans la cuisine et me dire qu’on en trouvait dans le commerce prêtes à déguster, et histoire d’en rajouter une couche, que les chinois en vendaient à tous les coins de rues en ce moment.
Certes, mais ce n’est pas pareil... et comme dirait Scally, c’est moi qui l’ai fait !
Repost 0
Published by Cris - dans Cuisine
commenter cet article
2 novembre 2005 3 02 /11 /novembre /2005 00:00
Allez c’est parti, un peu de cuisine sur ce blog... c’est pas du luxe !
 
Alléchée par les recettes à base de potirons, potimarrons et autres courges automnales qui fleurissent sur les blogs culinaires depuis quelques semaines déjà, je n’ai pas résisté un seul instant à l’appel déchirant de ces deux là...
 
                       
 
Je les destinais à une soupe, rien de plus classique, mais c’est finalement au four qu’ils ont péri, vidés de leurs graines, remplis des ingrédients de circonstance et chapotés !
 
Je me suis très largement inspirée de cette recette tirée de Marmiton.
Par contre, pas de croûtons au fond de mes potimarrons... l’idée ne m’emballait pas.
 
Quant aux lardons, introuvables à Pékin, ma copine Flory a trouvé l’astuce que je me suis empressée de lui piquer : la marque Hormel fait du bacon en tranches, vendu sous-vide, qu’il suffit de découper en lanières pour obtenir des lardons !
 
Une fois ce problème lardonesque règlé, je me suis donc empressée de « farcir » mes potimarrons, de les emballer amoureusement chacun dans une feuille d’aluminuim, et de les enfourner.
Au bout d’une heure et demie ils étaient à point, la chair tendre et la peau presque confite... un régal !
                
                      
 
Note pour les Pékinois : le bacon Hormel est distribué dans les supermarchés et les épiceries (Jenny Lou, April Gourmet, Friendship Store...), environ 17 RMB le paquet.
Repost 0
Published by Cris - dans Cuisine
commenter cet article
31 octobre 2005 1 31 /10 /octobre /2005 00:00
                    
                     Marché aux oiseaux, Pékin – octobre 2005
Repost 0
28 octobre 2005 5 28 /10 /octobre /2005 00:00
Tandis que Pumaboy défraie la chronique et tente de nous effrayer (ici même), je peux vous assurer que le gouvernement de Pékin lutte tant bien que mal contre la propagation de la grippe aviaire.
 
Voyez plutôt...
 
                
                  Marché aux oiseaux, Pékin – octobre 2005
Repost 0
27 octobre 2005 4 27 /10 /octobre /2005 00:00
Un joli couple de jeunes mariés... ?
 
                    
 
Photographe de mode spécialisé dans l’univers du mariage... un vrai business à Pékin !
 
              
Repost 0
26 octobre 2005 3 26 /10 /octobre /2005 00:00
Ce que je ne vous avais pas encore dit à propos de l’immense avenue de Wangfujing, c’est que c’est également l’un des endroits les plus exotiques et dépaysants de Pékin... gastronomiquement parlant !
Vue sous cet angle, je suis persuadée que vous ne me croyez pas...
 
                  
 
Et pourtant, outre les nombreux Mc Do (si si, c’est américain) et les marchands de mauvais « thé aux perles » (si si, c’est taïwanais), on peut déguster des mets bien plus exotiques.
Il suffit de s’enfiler dans l’une des petites rues adjacentes, et l’on découvre alors...
 
                  
 
Au choix : des brochettes de blattes, d’abats, de cocons de vers à soie, et si le coeur vous en dit, de petits scorpions, grillés, mais je vous assure que ceux-ci étaient encore bien vivants et fraîchement empalés !
 
       
 
Si quelqu’un peut nous éclairer sur la composition de celles de gauche, toutes blanches... il est le bienvenu ! :)
Repost 0
25 octobre 2005 2 25 /10 /octobre /2005 00:00
Située à une dizaine de minutes à pied, à l'est de la place Tian An Men, le quartier de Wangfujing est immanquable.
 
Il possède en effet la plus importante (810 mètres de long et 12 mètres de large) et la plus animée des rues commerçantes de Pékin, dont l’histoire remonte à la dynastie des Ming.
 
                
 
Pavée de granit rouge et noir, elle est aujourd’hui (normalement) réservée aux piétons, bordée d’immeubles modernes, de boutiques, de centres commerciaux, d’hôtels de grand standing, et très largement fréquentée par les touristes !
 
En dehors des boutiques, Wangfujing Dajie accueille également l’église Saint Joseph (Dōngtāng), la cathédrale de l’est.
Elle est l’une des quatre principales églises de Pékin, et la deuxième église du pays de par son ancienneté.
 
                
Bâtie au cours du règne de Shunzi en 1655, elle fut endomagée par un tremblement de terre en 1720, puis reconstruite.
Manque de chance, ce sont les flammes qui la détruisirent de nouveau en 1807, puis une rebellion en 1900, et elle fut reconstruite en 1904, pour être finalement fermée en 1966.
 
                
 
Elle est à ce jour entièrement rénovée (depuis 1980), et des messes en mandarin y sont célébrées tous les matins.

Le parc qui précède son entrée est devenu le terrain de jeux des jeunes enfants, et le studio vivant de mannequins locales déguisées en mariées... le temps de quelques clichés !
 
                        
 
Note : La religion est un domaine (un de plus) étroitement surveillé par le gouvernement de Pékin.
Les étrangers peuvent aisément assister aux offices qui ont lieu dans les temples, mosquées et églises... mais les Chinois ne peuvent pas accéder à ceux organisés pour les étrangers : on vous demande votre passeport à l’entrée.
Repost 0
24 octobre 2005 1 24 /10 /octobre /2005 00:00
En Chine, la sieste de 12h30-13h00 c’est quelque chose de sacré !
 
Alors une fois leur bol de riz avalé, leurs pattes de poulet grignotées, leurs oeufs de 100 ans gobés et leur yaourt aspiré... les Chinois avec lesquels travaille Chris s’empressent de traverser le sous-sol où siège la cantine et de remonter dans les bureaux.
 
S’ensuit rapidement l’installation des infrastructures pour la dite sieste.
Oui, parce que contrairement aux ouvriers shanghaiens de Julien, les Chinois de Chris sont un peu plus délicats. :)
 
Ingénieux, celui-ci s’est improvisé un oreiller règlable...
 
                                             
 
Et celui-là un lit d’appoint... 
 
                         
 
Un roupillon de 20 à 30 minutes, pas plus. Après quoi ils sont sensés être d’attaque pour une folle après-midi. Remarquez ça a l’air bénéfique.
                    
                        
Repost 0
22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 00:00
Aujourd’hui Cris présente... un restaurant !
 
Il s’agit précisément d’un bar-restaurant thaïlandais.
 
                           
 
C’est notre resto « de secours », lorsque le frigo est vide, que la flemme de cuisiner pointe le bout de son nez, ou que Chris a une envie subite de curry !
 
Chris est fan de ce restaurant depuis la première fois que nous y avons mis les pieds, et tous ceux que nous y avons emmenés depuis aussi. C’est vrai qu’on s’y sent bien, affalés dans les gros fauteuils couleur « purple ».
 
                                    
 
La déco est sympa, violette, ça vous l’aurez compris, une partie du plafond est faite de miroirs, et le coin bibliothèque propose des livres de styles différents en anglais, chinois, français...
 
Le peu de circulation dans cette petite rue permet même de s’installer à l’une des 2 tables perchées sur le trottoir !
 
Quant à la carte : rouleaux de printemps (qui s’avèrent évidemment être des nems !) et autres bouchées thaïlandaises, salade de papaye verte et mangue, divers plats de curry jaunes, verts, rouges, soupes aux fruits de mer et lait de coco, poissons, viandes grillées, légumes sautés (les asperges sont à tomber !), riz à l’ananas...
 
                
 
Mention spéciale pour le savoureux « grilled fish with schallots and thai basil », et le « yellow chicken curry with potatoes » que Chris affectionne tant !
 
  
 
La seule déception c’est peut-être la page des desserts, à moins de vouer une passion aux cheese cakes qui tiennent au corps...
Et encore, je suis mauvaise langue sur ce coup là, le « mango sticky rice » servi avec son petit bol de lait de coco chaud n’est pas mal du tout dans son genre (ça reste du sticky rice... méfiez-vous du délicieux « thai rice » servi à volonté).
 
Du côté des boissons : bières, cocktails et jus de fruits frais se partagent la carte, et de 17h00 à 19h00, on peut profiter de l’happy hour.
 
Ils assurent également la livraison à domicile (pas encore testée).
Alors, conquis ? Nous, oui.

Purple Haze
Dans la petite rue qui se trouve juste en face de la porte nord du “Worker Stadium”, derrière la ICBC Bank.
Toutes les informations sur leur site, ici.
Prix : plats entre 25 et 40RMB (de 2,50 à 4 euros)
Repost 0
Published by Cris - dans Restaurants
commenter cet article
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 00:00
Pékin est une ville pleine d’odeurs.
Des odeurs de nourriture : brochettes d’agneau qui grillent sur des barbecues improvisés, friture ; de gaz d’échappements aussi, de fumée de cigarette, et d’autres... comme celles bien plus désagréables des toilettes publiques à l’entrée des hutongs.
 
A la longue on finit par s’accoutumer, on les reconnaît, elles deviennent familières même ces odeurs.
 
Seulement, depuis le début du mois un nouveau puissant parfum nous chatouille les narines et embaume les rues... un de ceux qu’on ne peut pas ignorer, qui vous fait regarder avec insistance et frénésie sous les semelles de vos chaussures.
 
C’est complètement par hasard que nous avons découvert l’origine de cette odeur puante.
 
Les rues de Pékin sont bordées d’arbres, rien d’étonnant me direz-vous, mais pas n’importe lesquels. Il s’agit de magnifiques Ginkgos Biloba.
 
                    
 
Avec l’automne qui est déjà bien avancé, ils ont commencé à se dénuder sérieusement. Leurs feuilles jaunissent et finissent par tomber sur le sol... oui, les feuilles, mais pas seulement.
 
J’ai découvert sur cette page qu’il existe en réalité des arbres mâles et d’autres femelles.
Ces derniers produisent des « ovules », semblables à de petits fruits jaunes, qui se détachent de l’arbre et tombent peu de temps avant les feuilles.
 
                    
 
Ma chère maman, aussi étonnée que moi de découvrir des « fruits de ginkgo », s’est empressée d’en ramasser un alors que nous visitions le Temple des Lamas.
A ce moment là, nous ne savions rien du cadeau que nous réservait cette vicieuse boulette !
 
Poursuivis jusqu’au soir par l’infâme odeur qui s’était faite de plus en plus intense et persistante au fil de la journée, nous étions loin de suspecter qu’elle émanait de ce petit fruit... jusqu’à ce que nous soyons attirés (le terme n’est pas tout à fait exact !) vers le sac où il était inconsciemment entreposé.
 
                 
 
Après une rapide recherche voilà donc ce que j’ai trouvé (toujours sur ce site) :
« le Ginkgo résiste bien à la pollution (un bon point pour ces chinois). Aussi est-il planté en ville, mais les ovules à maturité dégagent une odeur particulièrement nauséabonde s'ils pourrissent au sol : on évite de planter des arbres femelles (ben oui, ils ne sont sans doute plus à une odeur près... inconscients !). »
 
Ceci explique donc cela... :)
 
merci à papa pour ses photos !
Repost 0
Published by Cris - dans Au quotidien
commenter cet article