Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contact

Contacter l'auteur !

 

 

 

 cris.blogderiz[at]gmail.com 

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones


Mes Blogs Favoris

 
Shanghai...
 
 
 
 
 
 
Ailleurs en Chine...
 
 
 
 
 

Taïwan
   
 
 
 
 
Thaïlande
 
 
 

Vietnam
 
 
 
  
 
A LIRE ! A VOIR !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
BLOGS CULINAIRES
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Archives

23 août 2006 3 23 /08 /août /2006 12:57
C’est vraiment l’impression que nous avons eu lors de ce week-end à Shanghai : « aller à la ville », avec un grand V.
 
Shanghai c’est moderne, hyper moderne, mêlé à de l’ancien (architecture néoclassique des années 30), propre, agité, tout y est grand, démesuré.
    
 
A côté, Pékin paraît bien plus exotique, plus typique et authentique (malgré tout !), plus culturelle, un peu moins étouffante et oppressante peut-être... enfin non, c’est faux, plus « chinoise-chinoise » surtout... Pékin est résolument la capitale politique, un point c’est tout.
 
Shanghai c’est donc beaucoup moins de vélos, et plus de scooters (je ne me souviens pas avoir vu de larges pistes cyclables comme celles qui bordent les avenues pékinoises) ; moins de grosses Audi noires aux vitres elles-mêmes noires ; moins de plaques blanches, celles qui désignent ici les voitures appartenant à l’armée et qui ont le droit de tout-absolument-tout ; beaucoup plus d’Occidentaux ; moins de raclements de gorge sonores suivis de crachats ; plus de boutiques et plus de Chinois « fashion » ; moins de temples ; plus de buildings...
 
 
Shanghai c’est aussi plus de pièces de 1 kuais (je n’ai pas touché un seul billet « vert » pendant le week-end), plus de temps le bras en l’air pour trouver un taxi (alors qu’il suffit de claquer des doigts à Pékin), des chauffeurs moins loquaces, mais des banquettes arrières plus spacieuses...
 
 
Et enfin, des effluves d’égouts et de poubelles mélangées qui viennent vous affoler les narines dans un relent insidieux, alors qu’à Pékin les odeurs nauséabondes sont permanentes et régulières, mêlées aux échappements de voitures, on baigne dedans.
 
En bons touristes, nous avons commencé par la partie est de Shanghai, de l’autre côté du Huángpŭ Jiāng, il s’agit de Pudong : la Pearl Tower aux allures de navire extraterrestre et la tour Jinmao, haute de 421 mètres.
 
 
Balade inévitable sur le Bund, avant de mettre les voiles pour une mini croisière sur le fleuve Huangpu où nous avons navigué parmi toutes sortes d’embarcations : cargos, péniches, sampans, vaisseaux militaires...
 

Du bateau nous avons pu apercevoir le Yángpu Dà Qiáo, le pont suspendu le plus long au monde.

Immanquables également, la promenade dans le vieux Shanghai, où stands de chinoiseries côtoient les maisons typiques imbriquées les unes dans les autres ; puis Nanjing Lu et son enfilade de « malls » et de boutiques diverses et variées.

Dernier détour par People’s Square, où il était vraisemblablement de bon ton, ce dimanche, de photographier les lotus en fleurs, avant de terminer par une agréable promenade au sein de la concession française : boutiques, « malls », bars, restaurants, immeubles Art déco, petites maisons ornées de porches et perrons...

La fin de notre parcours nous a conduit dans le quartier de Xintiandi, petite bulle hors du temps, où sont restorées et reconstituées les « shíkùmén », ces maisons traditionnelles et typiques du vieux Shanghai.
Elles connaissent, il me semble, le même sort que nos « hutongs » pékinoises, et il n’en restera bientôt plus une seule qui soit d’époque.
 
 
A Xintiandi, elles ont donc été restorées et abritent désormais nombre de boutiques, et de bars et restaurants « hype ». Amenagé de la sorte, ça donne la fâcheuse impression de se retrouver dans une espèce de Disneyland : ça manque d’authenticité et de charme !
 
C’est malheureusement ce à quoi nous devons nous attendre à Pékin avec la destruction massive des « hutongs » : il n’en restera bientôt plus que quelques unes, refaites de toutes pièces.
 
J’ai beau critiquer, nous avons passé un moment très agréable à Xintiandi, et nous y avons découvert un restaurant, un des meilleurs de Shanghai paraît-il, mais c’est une autre histoire... que je vous raconterai demain ! :)
 
 
P.S. : au fait, nous n’avons croisé aucune charette tirée par un cheval à Shanghai... (!)
 
Repost 0
Published by Cris - dans Voyages
commenter cet article
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 07:09
Départ précipité, improvisé - et momentané - pour la Reine de l’Orient !
 
M’en vais vérifier si l’on y croise aussi, parmi les voitures, des charrettes aux pneus de tracteur tirées par des chevaux...
 
  
                                                                                                            Pékin, mai 2006
 
Je vous retrouve ici dans quelques jours.

Passez un bon week-end !
 
Repost 0
Published by Cris - dans Voyages
commenter cet article
16 août 2006 3 16 /08 /août /2006 05:37
La récente visite de JP et Delphine a été pour nous l'occasion de découvrir la Grande Muraille comme nous ne l'avions encore jamais vue.
 
 Muraille - février 2006                                       Muraille - octobre 2005
 
Glaciale, aride et enneigée sous un ciel d'un bleu éclatant en février ; enrubannée d'un roux chatoyant qui contrastait avec la pâleur d'un ciel d'octobre, nous l'avons découverte cette fois-ci perdue dans la brume, au milieu d'une végétation luxuriante digne de celle que l'on trouve sous les tropiques.
 
 
 
 
Un paysage tellement différent. Inattendu. Impressionnant.
 
En aparté, à Poupou qui se demande ce que peut bien signifier « 100% d'humidité » (y a-t-il un météorologue dans la salle ?), j'ai une piste - personnelle et empirique, certes - et je dirais que ça revient fort à se retrouver dans un brumisateur Evian, le côté rafraîchissant en moins, évidemment.
Si mon explication ne vous satisfait pas, vous en trouverez d'autres un poil plus scientifiques : ici et .
 
Bref, si je vous dis tout ça, c'est parce que qui dit très humide et chaud, veut dire aussi végétation abondante dans laquel se nichent de drôles de petites (et grosses) bêtes, et je ne les aime pas du tout, moi, les petites bêtes (oui, même celles qui ne m'ont rien fait).
 
Lors de notre dernière balade en date sur la Muraille, nous avons donc croisé de drôles de spécimens non identifiés...
 
   
 
 
Mais celui qui a le plus attiré notre attention, et que nous avons eu beaucoup de mal à apercevoir dans les arbres, c'est celui-ci.
 
 
 
Un insecte de la taille d'un « guoguo », qui ne semble pas avoir la faculté de sauter (c'est en tout cas ce que j'ai espéré très fort alors que je le filmais), puisque dépourvu de pattes de sauterelles, mais qui doit forcément voler au vu de ses longues ailes transparentes (baaahh) !
 
Le son qu'il dégage en bougeant son corps (pas net du tout sur la vidéo) est très spécial, et il ne me semble pas l'avoir déjà entendu auparavant. Légèrement métallique, un peu grinçant aussi, difficilement définissable. Juste étrange.
Vous pouvez monter le son !
 
                    Eh non, "c'est pas un guoguo..." :)
 
Les gaz d'échappements et l'agitation de la ville ne lui font apparemment pas peur, j'en ai entendu chanter pas plus tard qu'hier dans ma rue.
 
Z'avez les mêmes bêbêtes les Guyanais et Singapouriens ?
Repost 0
13 août 2006 7 13 /08 /août /2006 12:10
On le savait, on l’avait déjà expérimenté... le mois d’août à Pékin, c'est chaud et humide. L’été dernier était très chaud et légèrement humide ; cette année c’est l’inverse : 100% d’humidité en ce dimanche 13 août 2006, et seulement 26 degrés.
Inspirer, expirer... et surtout, tenter de ne pas se noyer !
 
Depuis plusieurs semaines maintenant, la ville est recouverte d’une épaisse chape blanche cotonneuse qui nous tombe sur la tête.
Autant dire que ce n’est pas le climat idéal pour aller arpenter TianAnMen, escalader la Muraille, ou encore brûler de l’encens au Temple des Lamas... Mais il en aurait fallut plus que ça pour arrêter nos visiteurs ritalos-parigots :) - qui se sont très largement acquittés de leur taxe d’entrée sur le sol pékinois instaurée par Matt : vins, chocolat et jambon vendéen, mmm... -.
 
Bonne route à vous deux vers le sud de l’Asie !
 
Mini rétrospective en images de ces derniers jours à Pékin...
 
   
 
Temple des Lamas                  Se rafraîchir à la Cité Interdite      Fleur de Lotus...
 
   
 
 
Colline de Charbon                  Tian An Men                                 Hutong
Repost 0
Published by Cris - dans Au quotidien
commenter cet article
6 août 2006 7 06 /08 /août /2006 11:17

Plus que largement inspirée d’une recette de Tarzile, et munie d’un gros paquet de fleurs d’hibiscus séchées qui me suivent partout depuis le Mexique, j’ai voulu adapter sa gelée.

Originaire d’Afrique, la fleur d’hibiscus porte également le nom de « flor de jamaica ».
 
   
 
Au Mexique, on en fait de l’agua fresca de jamaica, « infusion » d’un rose carminé éclatant, servie glacée, consommée pour son parfum délicat et rafraîchissant, et reconnue pour ses vertus digestives, antioxydantes (vitamine C) et diurétiques qui permettent de lutter contre l’hypertension et le cholésterol.
 
Ce serait vraiment dommage de s’en priver !
 
 
 
Agua de Jamaica :
 
1. Bien rincer à l’eau claire les fleurs séchées (½ tasse).
2. Les plonger dans l’eau (1 litre) et porter à ébullition.
3. Couvrir et laisser infuser 10 minutes sur feu doux.
4. Ajouter le sucre (½ tasse, environ 75gr), bien mélanger, puis filtrer et réfrigérer.
 
Au moment de servir, ajouter des glaçons (beaucoup !) et rectifier le sucre si nécessaire.
 
Quand il fait lourd comme en ce moment à Pékin, on en boirait des litres !
 
Pour transformer cette agua fresca en gelée... il suffit d’y ajouter de l’agar-agar : 1 gramme pour 250ml de liquide (surtout pas plus, sous peine de vous retrouver avec un bloc compactissime !).
 
Quelques framboises pour la déco. et au frais le temps que la gelée prenne (une petite heure) !
 
      
 
 
Repost 0
Published by Cris - dans Cuisine
commenter cet article
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 11:02
Je vous en avais parlé il y a quelques mois... je les ai de nouveau croisés au supermarché du coin pour la modique somme de 3 kuais (0,30 euro) ; à ce prix là je ne pouvais que les mettre d’office dans mon panier.
 
Trop intriguant.
 
Pour vous, je me suis fait un devoir de les goûter, ces gros intestins Collons (et non je n'ajouterai rien de plus).
 
 
Verdict : ces gâteaux censés être parfumés au chocolat sont petits, de la taille d’une phalange à peu près, cylindriques... et ont le goût de tout - et surtout de rien -  en tout cas surtout pas du chocolat, comme tout ce qui est supposé être au chocolat en Chine !
 
Pour ma part, je leur ai même trouvé un arrière-goût de bacon, vivement l’heure de l’apéro !
Repost 0
24 juillet 2006 1 24 /07 /juillet /2006 15:25

En suivant la route touristique du Champagne... au détour de la Côte des Blancs, où comme son nom l'indique on ne trouve que du raisin blanc... qui servira à l'élaboration des grands crus de Champagne dits "blanc de blanc"...

     

 

 

 

Repost 0
21 juillet 2006 5 21 /07 /juillet /2006 12:51
Ma traque continue, même en France, rien ne pourra m’arrêter. En effet, comment vous dire... 
 
La Chine, que dis-je, l’Asie n’a plus le monopole des noms de marques ridicules modifiés ou volontairement estropiés dans le but de les faire ressembler à des produits de marques existantes, et qui plus est connues et reconnues.
 
Pour preuve cette paire de sandales tout endiamantées façon Swarovski, et distribuée en France sous la marque Straboski.
 
Swarovski/Straboski... ne venez pas me dire que je deviens parano !
A ce prix là en plus, je suis persuadée que les Chinois n’y sont pas pour rien...
 
Rien ne va plus ma bonne dame !
Repost 0
18 juillet 2006 2 18 /07 /juillet /2006 10:53
Parce que je ne suis pas en avance et que je m’envole demain matin pour la France... petit compte-rendu rapide de ces derniers jours à la façon d’Hesiem (oui je copie).
 
 
14 juillet à l’Ambassade de France...
 
Grosse déception cette année... comme l’a déjà dit Hesiem (j’aurais eu plus vite fait de mettre un lien vers ton article, c’est sûr).
 
L’année dernière nous étions dans la salle de réception d’un grand hôtel de Pékin ;
... cette année à la résidence même de l’Ambassadeur (dont le parc jardin était très agréable malgré les 30 degrés ambiants et les 70% d’humidité).
L’année dernière nous avions eu droit à du fromage, de la charcuterie, des gâteaux à la crème largement mangeables et du champagne ;
... cette année c’était jiaozi, carottes vichy, gâteaux secs « à la chinoise » et Saumur.
L’année dernière nous étions arrivés en retard, le buffet avait été pillé ;
... cette année l’Ambassadeur a du nous prendre par la main pour nous reservir un peu de canard laqué.
 
Les restrictions de budget vont bon train... de ce côté là en tout cas.
Ca ne nous a pas empêché de passer une très bonne soirée !
 
   
 

 
15 juillet BBP #3 !
 
Grande réussite pour cette 3ème édition des Beijing Bloggers Party !!
Les bloggers de Shanghai peuvent en effet aller se rhabiller. :)
 
Nous avons envahi le Drum and Bell dès 21h30... et même si la grande majorité des participants reste francophone, américains et chinois se sont bien intégrés dans la foule.
Parce que oui, il y avait foule !
 
Des bloggers, connus et reconnus de la blogosphère pékinoise, des lecteurs, des hommes d’affaires :) et même des touristes de passage.
Il ne manquait qu’une représentation de la communauté hispanophone... (adonde se han ido gueys ??)
 
 
 
Bref, de nombreuses rencontres très agréables et intéressantes... et en attendant de pouvoir visionner la vidéo que va nous concocter Camille, il y a déjà de la lecture , mais également chez Estelle, chez Magali, ou encore chez Isamu !
 

 
16 juillet... jamais 2 sans 3.
 
Après le mariage civil en février 2005, et l’église il y a un mois... jamais 2 sans 3 dit-on.
Et comment !
Invités à un apéro-pique-nique chez Camille... (note pour plus tard : plus me méfier de leurs manigances, tout au moins essayer de les détecter !).
 
A peine la porte d’entrée passée, nous croulions sous des montagnes de pétales de roses, au rythme d’une marche nuptiale fraîchement téléchargée !
 
 
Camille, Matt et Magali ont voulu célébrer notre mariage - à notre plus grande surprise vous l’aurez compris - et ils l’ont fait dans les règles de l’art et du romantisme, aucun détail n’avait été oublié !
Nous n’avions vraiment rien vu venir ; et à voir leurs têtes hilares nous devions vraiment avoir l’air éberlué.
 
Arrivée avec mon cake feta-aneth sorti tout droit de chez Marmiton, nous nous sommes retrouvés à nous régaler de foie gras, de canard confit, de pommes de terre sarladaises, de tarte vitaminée au persil, de crumble mangue-banane, et j’en passe... le tout accompagné de champagne, ça va de soi.
Ils nous ont gâtés comme jamais !
 
Camille prend soin de notre cadeau de mariage, intransportable pour le moment... un magnifique et énormissime bonsaï comme en atteste la photo.
 
Encore mille mercis à tous les trois !!
 
 
Puisque vous savez désormais tout sur ces derniers jours, je m'empresse d'aller préparer mon maillot de bain et mes tongs (pourvu que la canicule dure quelques jours encore)... et je vous retrouve dans 10 jours !
 
Bonne semaine !
Repost 0
Published by Cris - dans Au quotidien
commenter cet article
13 juillet 2006 4 13 /07 /juillet /2006 11:55
Il y a une dizaine de jours à Pékin, nous avons assisté, complètement par hasard, à l’enregistrement d’une émission télé...
Une version bien chinoise d’ « American Idol » ou de la «  Nouvelle star », puisque les éphèbes (uh uh) auditionnés devaient, en plus de pousser la chansonnette, faire la démonstration d’un art martial de leur choix (c'est l'ordre qui était en tout cas fortement conseillé ; imaginez faire l'inverse, vous).
 
Nous avons donc eu droit à un spectacle parfois assez comique.
 
 
Appelés chacun à leur tour en fonction du numéro qui leur avait été attribué, en tenue « de ville » ou déguisés affublés d’un kimono en satin, les participants ont défilé devant un public en liesse (ou presque) et un jury intraitable.
 
 
Le jury parlons-en.
Ils étaient bien là, les homologues chinois de Manu Katché, André Manoukian et Dove Attia.
Parmi les jurés il ne manquait donc qu’une Marianne James.
Rassurez-vous j’ai du faire des recherches pour en arriver là...
 
L’un ou l’autre prenait la parole à la fin de chaque prestation et annonçait alors au candidat s’il était retenu « pour continuer l’aventure » ou non.
 
 
Les commentaires fusaient ; certains positifs et encourageants, d’autres plus moqueurs, acerbes et cinglants. Les participants n’avaient pas droit à l’erreur et peu d'entre eux ont été sélectionnés pour la finale. On se serait cru sur M6 j’vous dis !
 
Pour ne pas vous laisser sur votre faim, je vous ai concocté un mini échantillon – parce qu’on ne peut pas non plus appeler ça un bêtisier ! – de ce que nous avons vu ce jour-là.
 
Repost 0
Published by Cris - dans Au quotidien
commenter cet article